Discours pour le vernissage du Salon 2012 à l'Imagerie [ Textes ]

Voyage au bout de ma nuit, …

(…Remerciements d'usage…)

La présence de beaucoup d'élus dans cette salle et le fait que cette manifestation soit placée sous le patronage de Monsieur Christian Marquet, Maire de Lannion et Conseiller Régional, me conduit à dédier ce vernissage, cette soirée, à un homme politique. Pour cet événement j'ai choisi Nicolas Condorcet.

Les livres d'histoire nous enseignent que Marie-Jean-Antoine-Nicolas Caritat, marquis de Condorcet a été ministre de Turgot, puis l'un des pères de la République, la première, celle de 1792.

Les livres de sciences nous disent qu'il a été un révolutionnaire dans le domaine du calcul différentiel et du calcul intégral.

Les livres de mathématiques contemporaines reconnaissent en lui l'inventeur d'un système de vote et de représentativité plus juste que celui que nous utilisons, hérité des grecs.

Les livres de droit nous enseignent que c'est lui qui inventa la notion de droit d'auteur et qui proposa les lois qui vont avec.

Les enseignants savent qu'en tant que député il proposa une réforme de l'enseignement : c'est lui qui créa l'école primaire en quatre ans avec CE1, CE2, CM1, et CM2, et l'école secondaire, et les établissements supérieurs, et les instituts. Un grand bonhomme donc ce Condorcet, qui a tout au long de sa vie été animé par les Lumières. C'est comme cela qu'à l'époque on appelait le savoir et la culture.

Je voudrais vous citer un extrait (référence en bas de page) pioché en quelques clics dans les archives de l'Assemblée Nationale qui propose des pépites d'éloquence parlementaire :

Rapport et projet de décret sur l'organisation générale de l'Instruction publique d'avril 1792 :
« les progrès toujours croissants des lumières ouvrent une source inépuisable de secours dans nos besoins, de remèdes dans nos maux, de moyens de bonheur individuel et de prospérité commune. »
Que l'on peut donc traduire pour utiliser les mots d'aujourd'hui :
« les progrès toujours croissants du savoir et de la culture ouvrent une source inépuisable de secours dans nos besoins, de remèdes dans nos maux, de moyens de bonheur individuel et de prospérité commune. »

L'idée que le savoir et la culture sont indispensables aux progrès des sociétés humaines n'allait pas de soi, à cette époque là non plus ; Robespierre était contre.

Objectif Image Trégor est une association culturelle participant à une économie non marchande, qui tisse des liens dans les diagonales de la société et dans les diagonales du Trégor et plus loin encore, en Allemagne, au Danemark, en Ecosse, en Irlande, en Espagne, et l'année prochaine, je l'espère, en Turquie.

Je suis particulièrement sensible à cette notion de continuité des héritages de l'aventure humaniste et du partage de la culture et je voudrais dire pourquoi la photographie en est devenue une composante importante à notre époque. C'est parce que c'est un moyen d'expression qui permet à tous de voir par les yeux d'un autre.

La photographie étant éthymologiquement « écrire avec la lumière  », c'est par analogie avec l'écriture que j'argumenterai mon propos. Vous allez voir que le cousinage est manifeste

Les 30 000 caractères chinois fut inventés, il y a de belles légendes autour de cette invention qui pourrait dater de 5000 ans, de manière à ce que chaque caractère représente un objet ou un concept. Si bien que tous les habitants de l'immense empire pouvait se comprendre par delà le temps, par delà les distances et par delà la langue parlée. On pouvait se lire mais pas s'écouter. Contingence entre le savoir et la culture.

Le défaut du système était, bien sûr, qu'apprendre 30 000 caractères était une tâche réservée à peu de monde. Alors on inventa un autre système, l'alphabet de quelques dizaines de signes, qui traduisait les sons de la langue orale, si bien qu'on ne pouvait plus se comprendre qu'à l'intérieur d'une même langue. Contingence encore entre le savoir et la culture

La photographie se présente un peu comme les caractères des premiers âges, tout le monde peut la lire et voir par les yeux de l'autre, par delà le temps, par delà l'espace, par delà la langue. Et d'une certaine manière par delà la culture.

Nous les photographes, comme vous tous cher public, nous sommes les enfants de la lecture et les petits enfants de l'écriture, et j'espère que l'esprit de Condorcet planera toujours au-dessus de nous.

Je vous souhaite de bons voyages au travers de ces images.


Deux références :
Assemblée Nationale : le projet de décret, un pavé au goût du jour, une lecture jubilatoire.
Condorcet par Wikipédia

Daniel Collobert
[ Textes ]

Toute utilisation des images et des textes de ce site est soumise à autorisation

Nous sommes le 24-11-2017 à 01h06

Cette page a été vue 694 fois.

Révision du 09/01/13 0:21