Édito de novembre 2012 [ Précédent | Textes | Suivant ]

Où il est question de voyage, …

 
Il y a les difficultés du voyage
et les nombreux embranchements du chemin
(Li Bai, poète chinois, dynastie Tang, VIIIe siècle)

 

La photographie nous offre l'incroyable possibilité de voir avec les yeux d'un autre, de voir au travers des yeux de l'autre par-delà le temps et par-delà l'espace.

Le thème de cette année a obligé nos photographes à faire montre, plus que de coutume, de créativité, d'inventivité, parfois d'humour plus ou moins épicé, décalé, bref d'une inspiration débridée pour dominer l'humeur morose qui pourrait survenir à la pensée d'une certaine nuit, surtout si l'on se laisser hanter par la désespérance de Céline.

Visiteur de notre expo ! Regarde avec les yeux de chaque photographe ! Découvre son univers personnel, à tout le moins essaye de le percevoir ! Chaque image n'est pas qu'un instantané du monde extérieur mais, comme d'habitude, le reflet, l'écho d'un monde intérieur. Laisse-toi aller, sans glorifier, critiquer ou blâmer, à la découverte de ce que voit l'autre !

Les voyages sont légions : voyage au long cours, voyage à cheval, en bateau, voyage organisé, voyage par terre, par mer, voyage aller, retour, voyage aller et retour, voyage lointain, voyage d'étude, d'information, voyage d'agrément, voyage de noces, voyage imaginaire, dans le temps, voyage qui vaut le déplacement, voyage fatigant, voyage éclair, il est possible d'être du voyage, il peut s'achever, s'ajourner, continuer, on peut l'entreprendre, l'interrompre, le poursuivre, le remettre ou le retarder.

Si certains nécessitent des préparatifs, on peut aussi y trouver des compagnons et le souhaiter bon.

On peut le trouver en agence et quelquefois il est à thème, il peut être scolaire ou de fin d'année, on le trouve aussi en chèques.

Ils forment la jeunesse et déforment les valises. Le dernier est le grand, dit-on.

Pour Montaigne le voyage était indispensable à la réflexion, et, un peu à l'instar des péripatéticiens du millénaire le précédant, il ne concevait pas l'élaboration d'une pensée approfondie autrement que sur le dos d'un cheval. Il sillonna l'Europe, il en résulta les Essais.

Les voyages de Saint-Exupéry nous offrirent le Petit Prince.

Gulliver fit voyager Swift dans des contrées exceptionnelles.

Ceux de Candide et de Pangloss conduisirent Voltaire à la découverte de son jardin.

La simple descente de la Tamise par trois hommes en canot métamorphosa le roman populaire en succès littéraire.

Les vingt ans de voyage d'Ulysse furent une authentique aventure, une odyssée qui mit des fils blancs dans la coiffure de Pénélope.

Au nom de la science, le catholique Descartes traversa, une épée de guerre au côté, une Europe ravagée par les conflits religieux afin de s'entretenir avec le protestant Newton des propriétés mystérieuses de la lumière.

La Terre est ronde, il fut une époque où en faire le tour prenait 80 jours et c'était une aventure à la découverte de soi et des autres.

Même la lumière voyage et l'on dit que si l'on attend assez longtemps elle reviendra à son point de départ.

Les saumons voyagent et, après avoir pérégriné dans tous les océans, reviennent à leur lieu de naissance pour pondre. De même font les tortues.

Le vertige peut légitimement nous saisir de nous savoir embarqués par notre Voie Lactée en direction de notre consœur Andromède. Nous finirons par fusionner avec elle dans quelques milliards d'années et les astronomes, prévoyants, ont déjà nommé notre future demeure : Milkomeda. Nous avons à traverser d'incommensurables immensités de nuit obscure, froide et solitaire mais les dangers qui nous guettent ne sont, à l'évidence, pas sur le chemin.

Certains sont partis joyeux pour des courses lointaines, d'autres voulurent découvrir les Indes mais massacrèrent les indiens.

Il est des voyages organisés qui déplacent les foules en troupeaux transhumants, il en est d'autres qui n'envoient vers la Lune que quelques individus, sans billet de retour garanti.

Ötzi, ce voyageur impénitent qui s'est usé les os à sillonner les Alpes vient de sortir de l'obscurité de sa nuit de 5000 ans pour être placé, nu, sous la lumière de notre curiosité. Aurait-il pu imaginer qu'un jour il serait sous le feu des projecteurs ?

Quel voyage hors du commun que celui de La Condamine, de Jussieu et d'autres qui décidèrent de mesurer la longueur de l'Équateur à l'aide, quasiment, d'un double décamètre ! Peut-on imaginer donner dix ans de sa vie à la réalisation d'une entreprise aussi extravagante si l'arpentage du méridien terrestre ne s'accompagnait pas aussi de la mesure de son être intérieur ?

Comment qualifier le voyage de ces marins, partis à la recherche du pôle nord, qui se laissèrent emprisonner par les glaces et qui, pendant les trois nuits polaires de leur voyage, n'eurent d'autres compagnons que leurs pensées ?

Pourquoi Théodore Monod, au soir de sa vie et dans la nuit absolue de sa cécité, entreprit-il une ultime traversée à pied du Sahara mauritanien ? Poser la question c'est déjà y répondre : dans le voyage, l'important n'est pas la destination, c'est le chemin.

Je vous souhaite un bon voyage.
 

Daniel Collobert
[ Précédent | Textes | Suivant ]

Toute utilisation des images et des textes de ce site est soumise à autorisation

Nous sommes le 24-11-2017 à 01h06

Cette page a été vue 684 fois.

Révision du 16/05/13 23:52